• Visite de l'Hermione

    Visite de l'Hermione

    Récemment, j'ai découvert l'existence de ce magnifique navire : L'Hermione. En réalité, il s'agit d'une reproduction de l'Hermione , le navire de Lafayette véritable héros de la guerre d'indépendance des Etats-Unis. L'Hermione est célèbre pour la bataille de Cheseapeake. Voici un peu l'histoire de cette incroyable Frégate (source : brochure officielle du site de l'Hermione) 

    SON HISTOIRE : 

    En 1778, la construction de l'Hermione débute dans l'Arsenal de Rochefort. Après 6 mois de chantier, la coque et de la frégate est terminée. Suivront la mise en place du gréement et l'armement du navire, et en 1779 les essais de la frégate sont concluants.

    Navire de plus de 65 mètres de longueur hors tout, doté d'une voilure de 1 500 m2 répartie sur 3 mâts. L'Hermione fut construite sur les plans de l'ingénieur Chevillard Aîné. Équipée de 26 canons tirant des boulets de 12 livres, elle appartient à la catégorie des frégates légères, caractérisées par leur vitesse et leur maniabilité. 

    En 1780, L'Hermione commence sa campagne américaine : sur ordre du roi Louis XVI, le marquis de La Fayette vient apporter l'aide de la France au général américain Georges Washington dans la guerre d'indépendance des Etats-Unis face aux Anglais. L'aide des troupes françaises sera déterminante pour atteindre la victoire en 1782. L'Hermione rentre ensuite à Rochefort, avant de poursuivre d'autres campagnes militaires aux Indes, jusqu'en 1784. 

    Elle traverse ensuite la Révolution Française, avec pour mission la surveillance des côtes contre les incursions anglaise et l'escorte des navires marchands. 

    Suite à une erreur de navigation sur le plateau du Four, L'Hermione s'échoue et coule en 1793 au large du Croisic (Loire-Atlantique).

    L'ASSOCIATION HERMIONE - LA FAYETTE 

    L'association voit le jour en décembre 1992 à Rochefort, avec un incroyable défi à relever : reconstruire L'Hermione le plus fidèlement possible par rapport par rapport à la frégate d'origine. 

    Le chantier débute officiellement le 4 juillet 1997, et s'achève en septembre 2014 après des essais en mer. Pendant 17 ans, professionnels et bénévoles ont oeuvré pour que la frégate prenne vie et soit capable de naviguer en haute mer. 

    En 2015 a eu lieu le grand voyage inaugural aux Etats Unis, sur les traces de La Fayette, suivi d'autres navigations. 

    Aujourd'hui, les missions de l'association sont : 

    - L'entretien et la maintenance du navire pour qu'il soit en état de naviguer, 

    - L'organisation de la navigation et la préparation des nouveaux voyages de la frégate

    - La gestion du site touristique avec l'accueil des visiteurs à Rochefort et en escale. 

    L'HERMIONE DANS L'ARSENAL DES MERS DE ROCHEFORT 

    Berceau de l'Hermione, l'Arsenal de Rochefort (fondé en 1666 par Colbert) est aussi son port d'attache. Outre la frégate et ses ateliers, vous pourrez y découvrir l'Accro-mâts, la Corderie Royale ainsi que le musée national de la Marine.

    Visite de l'Hermione

     Je suis donc partie à la découverte de la région de la ville de Rochefort avec mes parents. Des petites vacances ayant duré du 21 février au 23 février. J'étais vraiment heureuse pendant ces trois jours. Je crois que l'air marin me réussi vraiment. 

    Nous sommes parti d'Orléans le matin de bonne heure afin d'arriver à Rochefort pour 14h30 pour notre visite de l'Hermione. Inutile de vous dire que nous sommes parti assez tôt de chez nous. Le réveil était dur. Nous sommes donc arrivés à Rochefort en avance. Nous  avons pu admirer l'Hermione et faire le tour. Elle est entourée de barricades pour délimiter la visite payante, normale et ainsi éviter les personnes de monter sans autorisation. Je ne voulais pas la quitter pour me promener dans le centre ville. C' était vraiment agréable cette petite promenade dans la ville. 

    Nous avons donc réservé en avance nos tickets pour la visité guidée de l'Hermione. J'étais toute excitée à l'idée même de monter sur la Frégate. Il y avait beaucoup de monde qui attendait. Il fallait dire aussi que le temps s'annonçait radieux. Nous nous sommes dirigés alors vers l'exposition concernant l'Hermione et sa réplique. 

    Grâce à la visite guidée, nous avons pu visiter le pont supérieur, le pont de batterie ainsi que le faux pont. Quant à la visite libre, elle permettait uniquement de visiter le pont supérieur ainsi que le réfectoire au niveau du pont de batterie. Puis les explications étaient vraiment intéressantes du guide. L'Hermione est "dirigé" par des gabiers. Originellement, le gabier était la personne chargée de la manœuvre et de l'entretien de la voilure du navire. Désormais, ce sont les bénévoles ayant décidé de rejoindre l'Hermione, qui sont appelés ainsi ! Eh oui ! N'importe qui peut participer aux voyages de l'Hermione (enfin à condition d'avoir un bon physique et ne pas avoir peur des hauteurs)

    La visite du matelot commença alors par le pont supérieur. Je savais déjà beaucoup de chose sur les anciens bateaux à voiles, mais cela m'a permis d'en apprendre encore plus. J'avais vraiment des étoiles dans les yeux. J'étais limite plus enthousiaste que les enfants présent dans notre groupe de quinze. Plusieurs groupes étaient présents sur le pont supérieur avec nous. 

    Le travail au sein de la frégate était normalement répartie en quart pour une journée. Sur l'Hermione, le travail est partagé en tiers de quatre heures. Chaque heure, lors de leur tiers, les gabiers changent de poster afin de casser une certaine routine. Les cuisiniers sont donc toujours en activité et tout l'équipage mange à différentes heures. 

    Nous avons donc commencé par les explications en rapport avec le gouvernail. Désormais, ils se dirigent avec les instruments modernes de la navigation et non plus avec le sextant. Bien entendu, le guide demanda à des personnes pour une démonstration. Trop heureuse, je me précipitai à la double barre. En réalité, il fallait deux matelots pour diriger la barre lorsqu'elle était double. Il fallait en plus avoir beaucoup de force. En cas de tempête, les gabiers sont quatre sur la double barre pour diriger le navire.

    Une fois le gaillard arrière visité, nous nous dirigeâmes au niveau du gaillard avant avec le beaupré (mât vertical à l'avant du navire). Le guide nous a alors expliqué un peu le fonctionnement des différents cordages. Les cordes du navire étaient enduites de goudron de Suède afin de protéger les cordes de l'humidité et de la moisissure. 

    Nous descendîmes enfin au niveau du pont de batterie caractérisé par la couleur rouge dominante. Les choses sérieuses pouvaient commencer. Au niveau des canons factices, le guide nous expliqua tous les détails par rapport au canon de l'époque. Ils étaient dénommés par les nombre de livre des boulets. Pas moins de dix hommes étaient nécessaires pour charger et tirer un seul canon. Sur ce pont se trouvaient également les canots de sauvetages en cas d'échouage. Il nous expliqua également l'intérêt des deux cloches présentes. La plus petite servait à prévenir pour le changement de quart, en l’occurrence ici, le tiers. La plus grosse avait une toute autre utilité. Elle servait à sonner la messe au sein du navire et branlebas combat. Maintenant, elle sert seulement à annoncer les repas.

     Nous sommes donc entrés dans le réfectoire tout moderne. Tout le petit confort était présent ainsi que des bancs et des tables. Le grand cabestan se trouvait au niveau du réfectoire. Cet agrès était utilisé pour déplacer de grosses choses sur le navire type les canons ou encore les voiles. En poursuivant, nous arrivâmes dans les quartiers des officiers. L'espace était vraiment réduit. Une optimisation de la place était faite. Cela n'avait rien à voir avec les grosses cabines de capitaine que nous pouvions voir dans les films de pirates. Je pense avoir compris pourquoi ; notre guide nous a expliqué que les parois étaient amovibles et séparaient les différentes pièces. Donc les pirates devaient, dans l'hypothèse, enlever ces parois afin d'avoir une unique pièce gigantesque pour le capitaine. Après, nous nous trouvions sur une Frégate et chaque type de navire avait une disposition particulière. 

    Notre groupe était rapidement à l’étroit. Concernant l'Hermione moderne, c'était les professionnels de la navigation qui résidaient dans ces quartiers. C'était assez spartiate, mais avec tout le confort moderne. Tout à l'arrière du bâtiment, se trouvait la douche ainsi que les toilettes pour le personnel. Nous fîmes donc le tour des quartiers avant de descendre un escalier raide pour atteindre le pont de batterie et enfin les dortoirs. 

    Au moment de descendre, nous vîmes les cirets jaunes des gabiers accrochés à des portes manteaux. Rassurez vous : les gabiers avaient tout le confort moderne pas comme au XVIIIe siècle où chacun dormait dans un hamac en compagnie des animaux. Quoique l'idée du hamac n'était pas si ridicule que ça. Quelques gabiers avaient le droit alors de dormir dans les hamacs au lieu des couchettes toutes modernes. Comme je le pensais, les hamacs étaient plus pratiques que les couchettes. Les hamacs suivaient le mouvement du bateau et il y avait moins de risque de se cogner. 

    Les  gabiers se voyaient assigné un numéro et une place particulière au niveau du navire. Leur place définissait alors à quel tiers ils appartenaient. Les matelots avaient alors un coffre et une couchette attribués. Même pour une personne d'un mètre soixante (mon cas), il fallait se baisser pour éviter de se cogner  au plafond, alors imaginez une personne beaucoup plus grande ! 

    Nous sommes passés alors par les douches pour rejoindre l'autre côté et enfin la dernière partie visitable du navire. Il s'agissait de la cabine du maître canonnier. Bien entendu, cette salle n'était plus les quartiers du maître canonnier  vu que l'Hermione n'était plus un vaisseau de guerre. Autrefois, l’aumônier ainsi que le médecin avaient leur quartiers à côté du maître canonnier.  Aujourd'hui, la cabine sert de salle de détente pour les gabiers et également d'infirmerie. Notre visite s'est donc terminée ici. Ces quartiers avaient aussi pour nom la timonerie ou encore la sainte-barbe.

    Notre guide nous expliqua un peu le principe de cette salle, puis enfin nous conta le récit de l'Hermione aux États-Unis. Avant de finir complètement la visite, nous avons pu apercevoir, à travers une trappe, les deux gros moteurs de l'Hermione. Cela leur permettait de tricher lors de manœuvre en mer. Ils utilisaient les moteurs afin de gagner en rapidité. Ils mettaient seulement une bonne heure et demie à rejoindre l'océan contre une semaine sans les moteurs. Impressionnant, non ? Du même niveau que le moteur, se situaient les cuisines . La cale correspondait à la couleur de la coque noire. En jetant un coup d’œil rapide, nous avons vu que cette cale ressemblait fortement à un intérieur de sous-marin. 

    Après la visite guidée, nous restâmes un petit moment sur le faux pont pour profiter du soleil, mais aussi du navire. J'en profitai donc pour faire diverses photos. Dommage que je n'ai pas pu voir l'Hermione avec ses voiles et ses mâts de perroquets. Tout ceci avait été désinstallé afin d'entretenir surtout les voilures. Ce fut un peu triste que je me dirigeai vers l'autre rive, définitivement. 

    Sur l'autre rive, se trouvait divers agrès pour les petits et grands en rapport avec le navire. Avec ma mère, nous avons essayé de faire tourner la plate forme circulaire. Pour la bouger, nous devions nous coordonner afin de pousser les barres du gouvernail. Nous avions vraiment du mal à faire tourner la plate forme. Il fallait vraiment de la force ! C'était vraiment intéressant  à faire afin de se rendre compte à quel point il était compliqué déplacer le navire. Quant à mon père, il a essayé de pousser le manège cabestan. Un magnifique manège en bois était construit autour du même système qu'un cabestan. Des personnes devaient pousser des « planches en bois » afin de pouvoir faire tourner le manège.  Il fallait aussi vraiment beaucoup de force. C'était assez drôle  à voir. 

    Enfin, nous allâmes un peu au niveau de la boutique.Nous n'avons rien acheté. Et nous sommes parti du site pour nous diriger vers la Rochelle. Avant, nous avons longtemps hésité à visiter le musée de la Marine. Le choix me revenait. Par soucis de budget, j'ai préféré aller tout de suite à la Rochelle. 

    Et voilà enfin cet article sur ma visite de l'Hermione ! J'espère qu'il vous aura plu ! 

    Visite de l'Hermione

     

    GALERIE PHOTO : 

    Cliquez sur le lien ci dessous

    FLICKR ALBUM 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :